“Not opposite but divided” (2016) – Bushwick Collective, New York MURAL Festival

Li-Hill – Portrait d’un maître du mouvement

Il s’appelle Aaron Li-Hill, mieux connu simplement sous le nom de Li-Hill et il sera en visite à Montréal pour le festival Mural. Cet artiste canadien a un parcours de vie assez intéressant. Père autrichien-polonais, mère sino-canadienne. Il est né à Toronto, a été élevé en en Californie, a grandi au centre-ville de Toronto et est maintenant établi à Brooklyn depuis environ 5 ans.

©Rachel Machalani

La pratique du skateboard l’a amené très jeune à s’intéresser au graffiti puis graduellement des éléments figuratifs ont été intégrées aux lettres jusqu’à ce qu’au final, les lettres en viennent à disparaitre complétement pour laisser toute la place au figuratif. Dès l’adolescente sa passion s’est rapidement élargie à toutes les formes d’arts et Li-Hill a su alors qu’il allait y dédier sa vie. Les voyages, les écoles d’art, la lecture, l’expérimentation à travers le dessin, l’illustration, la sculpture, le graphisme et la peinture ont ensuite contribué à modeler et fait évoluer son univers artistique.

“Futher” – Collaboration avec Trevor Wheatley (2013) – Toronto, Canada©Nickie Robinson

Univers qui pourrait maintenant être décrit par un mot : MOUVEMENT. En effet, les œuvres de Li-Hill utilisent une juxtaposition d’images de façon à suggérer l’illusion du mouvement. Un procédé qui n’est pas sans nous rappeler la méthode du Stop-motion utilisée au cinéma. Une technique de tournage dans laquelle les objets sont photographiées dans des positions successives produisant ainsi l’apparence du mouvement.

“Make It” - Collaboration avec Trevor Wheatley (2013) – Toronto, Canada©Nickie Robinson

Pour bien comprendre, imaginez-vous tenir entre vos mains un petit livre « flipbook ».
En faisant glisser votre pouce d’une page à l’autre pour les faire défiler rapidement vous aurez ainsi l’impression que les images bougent. En fait, chaque image est quasi identique à la précédente à quelques détails près et par un minutieux découpage par séquence, on arrive à créer l’illusion du mouvement.

Flipbook©ewanmcgeachie.blogspot.de

Les escrimeurs se retrouvent souvent au centre de ses réalisations. Lors d’une entrevue pour Complex Magazine l’artiste explique que, pour lui, il s’agit simplement d’une symbolique intéressante.

“Electric Currents” (2014) – Bushwick Collective, New York©Nickie Robinson

Li-Hill explore de multiples horizons. L’artiste multidisciplinaire aime travailler avec toutes sortes de matériaux comme les matières recyclées et sur différents supports. Il est reconnu autant pour ses œuvres sur toiles, ses peintures murales que pour ses affiches et ses installations uniques.

”Push & Pull” ( 2016) – Musée National d’ Honolulu, Hawaii©Nickie Robinson
©Nickie Robinson

Son travail l’a conduit partout dans le monde. Ses œuvres ont été exposées dans d’importantes institutions, musées et galeries et on peut admirer ses murales sur les murs des villes comme Berlin, Hong Kong, Los Angeles, Melbourne, New York, San Francisco, Reykjavik.

 

Photo ©Nickie Robinson©Nickie Robinson
Collaboration with Kaff-eine (2014) - Bushwick Collective, New York©Nickie Robinson

Tel que mentionné précédemment, cette année, Li-Hill nous honorera de sa présence pour le festival Mural. Grâce au financement de Société de développement du boulevard Saint-Laurent (SDBSL), l’artiste nous offrira une installation artistique propres à son style bien particulier dans laquelle on retrouvera sans doute la combinaison des 3 éléments essentiels de ses œuvres:

  1. Une pièce centrale composée d’un ou de personnages humains en multicouches entremêlés judicieusement avec des formes abstraites très présentes qui explosent vers l’extérieur.
  2. Une surface réfléchissante
  3. Des sources lumineuses.

Un positionnement minutieux de tous ces éléments d’installation dans un équilibre quasi parfait constitue l’œuvre en soit. La pièce est installée sur la surface polie et l’éclairage est minutieusement placé de façon à qu’une image se forme sur le miroir par réflexion et ainsi créer un effet de mouvement et d’éclatement dans l’espace ambiant. En se déplaçant vers l’œuvre, la magie s’opère. Les effets de lumière changent à mesure que l’observateur s’approche de la pièce et celui-ci a comment l’impression d’entrer dans une troisième dimension et de pouvoir interagir avec l’œuvre.

“Electric Currents And Mortal Wounds” Installation (2016) for PowWow Hawaii – Honolulu, USA©Nickie Robinson

Pour le festival Mural, l’installation sera réalisée en extérieur. Comme la lumière est un acteur essentiel de l’œuvre il sera donc fort intéressant de voir comment il arrivera à jouer avec la contrainte d’une création en lumière naturelle. Mais M. Li-Hill n’en est pas à sa première expérience alors il devrait pouvoir relever ce défi avec brio. Il est prévu que l’installation reste en place sur le boulevard St-Laurent pendant tout l’été.

Pour suivre le travail de Li-Hill : site web | Facebook | Instagram

Découvrez la liste complète des artistes que vous pourrez découvrir au Festival MURAL!